Sur cette page sont rassemblées diverses interviews données par Nakaba Suzuki.
Interview accompagnant la sortie du tome 1 de 4KOA (publiée le 16 avril 2021)

Source : Pocket Shonen Magazine

Le premier volume de "Four Knights of the Apocalypse", la suite de "The Seven Deadly Sins" (un total de plus de 37 millions d'exemplaires) est maintenant en vente. L'auteur, Nakaba Suzuki, a pris une mesure inhabituelle en février en rendant gratuite la version numérique des 24 premiers volumes de "The Seven Deadly Sins". C'était une décision importante pour soutenir le plus grand nombre de personnes possible durant la pandémie du Covid. Cependant, maintenant que la période de gratuité est passée, il explique : "Je veux que vous visitez les librairies par tous les moyens" et "Je veux prendre soin des librairies".

- « M. Oo dit que vous utilisez rarement un ordinateur et que vous ne lisez pas de livres électroniques. Pourquoi ?

Est-ce parce que c'est un peu un amanojaku (rires) ? Même si tout le monde est sur Internet ou lit des livres électroniques, je pense toujours "Je m'en fiche". Je crois que d'autres choses sont plus amusantes. Je ne dis pas que je ne toucherai jamais à un ordinateur ou à des livres électroniques, mais peut-être est-ce le résultat du choix de diverses choses que je trouve plus agréables que les choses à la mode.
Par exemple, le riz et les films que je trouve « bon ! » sont souvent loin d'être à la mode. À l'origine, c'est peut-être un trait de caractère de choisir quelque chose qui est loin d'être populaire (rires).

- Y a-t-il beaucoup de livres que vous pouvez lire sur papier ?

Personnellement, je ne lis que des livres papiers. Après tout, j'aime l'odeur et le poids du papier retourné à la main, je ne peux donc pas m'en passer. D'ailleurs, j'ai remarqué cela la première fois lorsque je suis devenu créateur de livres, mais je pense qu'il y a autant d'idées qu'il y a de livres, comme le type de reliure à utiliser et le type de design. Je veux ressentir autant que possible ce genre d'expérience avec ma propre peau et mes propres yeux.

- Allez-vous souvent en librairie ?

J'y vais souvent entre les livraisons de manuscrits. Quand je vais dans une librairie, je veux surtout de gros livres comme des livres d'images et des dictionnaires ! J'achète souvent du matériel, mais je suis ravi de voir que tel ou tel livre existe. Les titres de romans, etc., alignés sur de grandes étagères sont spectaculaires, n'est-ce pas ? C'est comme un parc à thème et c'est très excitant.

- J'ai entendu dire que le manuscrit est également produit uniquement avec du papier et un stylo.

C'est vrai ! Je n'ai pas envie de dessiner un manga à moins d'utiliser du papier et un stylo (rires). Depuis mes débuts c'est au papier et au stylo, c'est donc presque comme une partie de mon corps. Mais récemment, je suis inquiet... Les tonalités et trames que j'utilise depuis longtemps sont en train de s'épuiser ! D'ailleurs, je communique généralement avec les éditeurs par fax, mais les nouveaux fax ne se vendent nulle part ! Alors je devrais peut-être arrêter de dessiner des mangas physiquement... (rires). Mais je ne pense pas que le papier et le stylo disparaîtront et je continuerai certainement à dessiner pour le reste de ma vie !

- Je sais que vous n'avez pas d'assistant, et vous faites tout le manuscrit vous-même, n'est-ce pas ?

La raison pour laquelle je n'ai pas demandé d'assistant est en fait à cause de ma personnalité diabolique (rires). Quand j'étais un jeune novice, le rédacteur en chef m'a dit : "Vous ne pouvez pas le faire sans assistant", alors j'ai dit à demi-mot : "Je peux le faire sans assistant !!", et ça continue aujourd'hui encore. Si vous faites tout vous-même, vous pouvez travailler tout en faisant une pause avec un jeu, vous pouvez boire de l'alcool, et en fait c'est facile de faire ce genre de choses (rires).

- Dessinez chaque ligne avec un stylo et sans assistant : je pense que c'est extrêmement difficile de le faire à un rythme hebdomadaire. Avez-vous déjà trouvé cela « difficile » ?

Jamais. D'abord parce que quand j'étais enfant, j'étais en colère quand je ne pouvais pas dessiner des mangas, et maintenant je suis bien trop heureux de pouvoir travailler comme mangaka.

- "Four Knights of the Apocalypse" a été réalisé de la même façon et le premier tome est finalement sorti le 16 avril. De quel genre d'histoire s'agit-il ?

C'est une suite de "The Seven Deadly Sins", mais que les personnes qui n'ont pas lu "The Seven Deadly Sins" peuvent apprécier. Le personnage principal est un garçon nommé Perceval, charmant et mignon. Il a un charme différent de Meliodas, le personnage principal de "The Seven Deadly Sins".

- Y a-t-il des changements dans votre façon d'écrire par rapport à "The Seven Deadly Sins" en raison du changement de style du personnage principal ?

Je suis particulièrement attentif au côté mignon de Perceval. Par exemple, il y a plus d'occasions de dessiner une représentation légèrement gênée, comme être timide après avoir été félicité, ou avoir un casque ou une cape qui est généralement duveteuse. C'est une chose qui n'était pas très courante avec le dessin de Meliodas. Après tout, Meliodas était un personnage fort et cool. Bien sûr, je pense que Perceval deviendra progressivement plus cool et plus fort (rires). Je veux que vous appréciez la gentillesse de Perceval dans le volume 1.

- Je pense que l'un des points forts de "Four Knights of the Apocalypse" est la puissance des double pages.

Après tout, dans le premier épisode, la double page du départ de Perceval était émouvante ! De plus, il n'y a pas encore de scène de bataille, mais j'aimerais que vous appréciez les pages de description du paysage, qui étaient étonnamment peu présentes dans "The Seven Deadly Sins". Dans celui-ci on se déplaçait de village en village, mais la route était soit plate soit immédiatement avec Hawk Mama : il y avait donc en fait peu de description de paysage. Dans "Four Knights of the Apocalypse", les personnages se déplacent à pied, je veux donc que vous expérimentiez les dessins de paysage comme jamais auparavant.

- Y a-t-il des pages bonus dans les volumes de "Four Knights of the Apocalypse" ?

Tant qu'il y a de la place, j'en ajoute ! Après tout, j'aime offrir des pages pas encore vues à ceux qui lisent le magazine et me soutiennent. J'étais vraiment content quand il y avait des pages bonus dans les mangas que j'aimais quand j'étais gamin. J'appréciais aussi les histoires courtes de l'auteur dont le contenu n'avait rien à voir avec l'histoire principale (rires). Sur les pages bonus de "Four Knights of the Apocalypse", Perceval apparaîtra certainement ! Dans "Four Knights of the Apocalypse", nous prévoyons également de publier des illustrations inédites et je veux aussi prendre plaisir à communiquer avec les lecteurs. Si vous avez d'autres idées sur ce qu'on pourrait faire avec les pages bonus, alors faites-le moi savoir !

- C'est une sérialisation qui a commencé pendant la pandémie du Covid (dans le "Weekly Shonen Magazine" depuis janvier 2021). Y a-t-il quelque chose qui a été difficile à cause de ces circonstances particulières ?

Le plus gros changement est que la beuverie après la réunion hebdomadaire a disparu. Je n'ai pas pu boire une seule fois depuis le début de la sérialisation... Quand j'ai sérialisé "The Seven Deadly Sins", je buvais presque chaque semaine après la fin de la réunion. Étonnamment, de bonnes idées peuvent surgir de la table d'un bar, c'est vraiment amusant. Donc, je veux que cette situation s'arrange le plus tôt possible.

- Il y a eu des changements dans la manière dont votre travail est présenté, comme la mise en ligne gratuite de 24 premiers volumes de la version numérique de "The Seven Deadly Sins".

J'ai pensé qu'il y avait beaucoup de gens qui ne pouvaient pas aller en librairie même s'ils voulaient y aller, et même s'ils voulaient acheter des livres. C'est pour eux que j'ai pris une telle décision. Ce serait un honneur si mon travail pouvait donner de la joie aux personnes qui traversent des moments difficiles. Pendant la période où les tomes étaient gratuits, j'étais heureux d'entendre les voix de personnes qui n'avaient jamais lu l'œuvre auparavant.
Après la période de la mise en ligne gratuite, ceux qui ont appris à connaître l'œuvre avec la version numérique sont davantage motivés pour « visiter les librairies » et « prendre soin des librairies ».

- Quelle est la principale raison pour laquelle vous voulez prendre soin des librairies ?

Après tout, j'aime moi-même les livres papiers et je veux que le plus de gens possible sachent à quel point ils sont merveilleux. De plus, je suis très reconnaissant pour le soutien des libraires qui m'ont accueilli lors des séances de dédicaces. J'ai le souhait que vous les souteniez en décorant vos étagères de papiers de couleur. A la fin des séances de dédicaces, je prend toujours un verre avec les libraires et c'est très amusant de parler de livres (rires).

- Je vois. Enfin, avez-vous un message pour les librairies du pays ?

Je leur suis tant redevable ! Récemment, il y a plus d'opportunités de lire des ouvrages dans des formats numériques, mais la culture des livres papiers va continuer, et j'aimerais la rendre encore plus excitante ! Nous continuerons à nous consacrer à la création d'œuvres que tout le monde peut soutenir. Merci !